Swissbau 2022 : Construire globalement pour l’avenir avec le SNBS

Celui qui utilise le standard de construction durable suisse (SNBS) construit selon toutes les dimensions de la durabilité. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Comment les aspects sociaux, économiques et environnementaux sont-ils pris en compte ? Trois spécialistes ont expliqué l’approche globale du SNBS Bâtiment à l’aide des indicateurs « Participation », « Coûts du cycle de vie » et « Flore & Faune ».

Au début de la manifestation, l’animateur Christian Stünzi a classé le SNBS dans la famille des labels suisses. Le directeur de l’organisation de certification SNBS a montré comment le standard prend en compte de manière globale la durabilité autour d’un bâtiment – y compris des aspects comme la mobilité ou la flore et la faune. Stünzi a également expliqué le fonctionnement des indicateurs et de la certification selon le SNBS.

Permettre la participation
La première intervenante, Katharina Lenggenhager de « schulraumentwicklung.ch », a présenté un indicateur social : la participation. Il s’agit d’un « indicateur mou » et donc peut-être moins connu, ce qui pourrait entraîner des incertitudes dans l’utilisation, a déclaré Lenggenhager. Selon elle, les objectifs de la participation sont avant tout l’information et la participation. Pour y parvenir, il existe de nombreuses méthodes différentes : « Des exposés aux visites, en passant par des ateliers ou des processus d’accompagnement, différentes approches permettent la participation des groupes d’intérêt ». Il est important de commencer tôt à prendre en compte les préoccupations de ces groupes.

Lenggenhager a présenté le projet « Schulhaus Dorf » à Lucerne-Littau comme un exemple de participation réussie. Lors de la planification de la rénovation et de l’extension de l’école, les élèves, les collaborateurs et les habitants du quartier ont été consultés. Certains résultats des ateliers ont finalement été intégrés dans les spécifications du concours. « Il était important que nous montrions aux participants ce qui était possible et ce qui ne l’était pas », a conclu Lenggenhager.

Tenir compte des coûts du cycle de vie
Le deuxième exposé s’est concentré sur un indicateur économique. Athavan Akkan, consultant chez Intep Integrale Planung, a expliqué l’indicateur SNBS 201.1 « Coûts du cycle de vie ». L’objectif de l’indicateur est la durabilité économique, en maximisant les avantages et en minimisant les coûts, selon Akkan. Il a ajouté que, pour cet aspect également, plus on l’impliquait tôt dans le projet, plus on avait de possibilités d’influence.

Akkan a montré que l’utilisation d’un bien immobilier représentait de loin la plus grande part des coûts du cycle de vie, soit 85 %. Ces derniers se composent de différents facteurs : « L’architecture et la géométrie par exemple, mais aussi le choix des matériaux, le taux d’utilisation ou les coûts du capital ». Selon Akkan, pour déterminer les coûts du cycle de vie, on utilise surtout un instrument de l’International Facility Management Association, appelé outil IFMA. « Il permet de comparer des variantes et sert également de mesure pour l’indicateur 201.1 », a expliqué l’orateur.

Favoriser la flore et la faune
Avec l’indicateur 306.1 « Flore et faune », l’experte SNBS Veronika Sutter a placé un aspect de la dimension écologique de la durabilité au centre de son exposé. « Le changement climatique pose de nombreux défis, notamment en ce qui concerne la chaleur, la biodiversité et les habitats », a-t-elle déclaré. Dans l’ensemble, il faut plus de vert et de bleu au lieu de gris – donc par exemple plus d’arbres au lieu de plus de climatiseurs. Mais la verdure doit aussi offrir une plus-value pour la biodiversité, les grandes surfaces de gazon ne sont donc pas la solution optimale selon Sutter.

L’intervenante a par exemple identifié comme thème central de l’indicateur SNBS 306.1 la création d’habitats et de diversité, par exemple par le sable, le gravier et le bois mort sur les toits et dans les environs. La présence de bois et la suppression de barrières et d’obstacles pour les petits animaux comme les hérissons sont également importantes. Les mesures vertes apporteraient en outre des avantages pour la réduction de la chaleur et une meilleure qualité de séjour. Sutter conclut : « Le vert ne fait pas tout, mais sans le vert, tout n’est rien ».

Présentations

Présentation Katharina Lenggenhager, architecte et directrice, schulraumentwicklung.ch

Présentation Veronika Sutter, experte SNBS en flore et faune

Présentation Athavan Akkan, Consultant en gestion immobilière et facility management, Intep Integrale Planung GmbH

Images

Données du projet

Date

06.05.2022

Partenaires

Datenschutz | Impressum

Protection des données | Mentions légales