Swissbau 2022 : Label de qualité pour la protection du climat et le développement durable : les labels de bâtiments en comparaison

En Suisse, près d’un million de bâtiments sont encore chauffés à l’aide de combustibles fossiles, ce qui entraîne l’émission de millions de tonnes de gaz à effet de serre nocifs. La session d’ouverture « Label de qualité pour la protection du climat et la durabilité : comparaison des labels de construction » a montré, par le biais d’exposés d’architectes expérimentés, comment des projets innovants et porteurs d’avenir peuvent être mis en œuvre à l’aide de labels. Ceux-ci peuvent servir de repères pour la protection du climat et un avenir durable.

Aide par le Labelfinder
Y a-t-il une salade de labels en Suisse ? Cela peut peut-être paraître ainsi pour des personnes extérieures, a déclaré Andreas Meyer Primavesi, mais dans la branche, l’importance des différents labels devrait être connue. Dans son exposé, le directeur de Minergie et du CECB a expliqué que les parties prenantes poursuivaient depuis longtemps l’objectif de mieux harmoniser le contenu des différents labels suisses pour les bâtiments. « Nous voulons continuer à augmenter la demande de labels, les harmoniser et les positionner clairement », a déclaré Meyer Primavesi.

Il a ensuite présenté un nouvel outil : le Labelfinder. Les maîtres d’ouvrage et les professionnels pourront ainsi à l’avenir déterminer plus rapidement quel label correspond le mieux à leur projet. Le Labelfinder peut être rempli rapidement en saisissant quelques critères. Selon Meyer Primavesi, il aide en outre à trouver des préférences et à fixer des priorités thématiques. Pour conclure, le conférencier a appelé à miser encore plus sur les labels : « Ils offrent une orientation ainsi qu’une sécurité d’investissement et de planification, tout en laissant une marge de manœuvre lors de la mise en œuvre. Avec un label, on sait exactement ce que l’on construit ».

Projet d’hôpital ambitieux
Christian Lasser, de l’agence d’architecture GWJ de Berne, a été le deuxième orateur à monter sur scène. Il a présenté la « Anna-Seiler-Haus », le futur bâtiment principal de l’hôpital de l’Île. Ce projet complexe d’une grande importance urbanistique repose sur un plan d’aménagement qui comprenait certaines directives en matière de durabilité. Il était par exemple prescrit quels labels le nouveau bâtiment hospitalier devait remplir – entre autres Minergie-Eco.

Pour obtenir ce label, les participants au projet ont d’abord dû développer avec Minergie une catégorie de bâtiments adaptée et définir les objectifs. « Pour y parvenir, une stratégie intelligente était nécessaire dès le début », a expliqué Lasser. Le concept de domotique était par exemple un défi, car dans un hôpital, d’innombrables machines sont utilisées et consomment beaucoup d’énergie. La solution consiste désormais à réaliser différentes centrales réparties dans le bâtiment, car les courtes distances réduisent les pertes d’énergie. D’autres mesures et une étroite collaboration entre toutes les parties concernées devraient permettre d’atteindre les objectifs. Lasser : « L’ouverture de la maison Anna Seiler est prévue pour l’été 2023. Il s’agira du premier bâtiment hospitalier Minergie-Eco de Suisse ».

Campus durable à Ittigen
Johannes Maier de Berrel Kräutler Architekten a présenté un exemple réussi de bâtiment réalisé selon le SNBS Bâtiment. Le campus du DETEC à Ittigen près de Berne, achevé il y a deux ans, a obtenu le certificat de l’expression « or » avec une note de 5,4. Le projet y est parvenu grâce à différentes mesures dans les trois dimensions de la durabilité. D’un point de vue urbanistique, la renaturation d’un cours d’eau à proximité, l’aménagement de sentiers dans la forêt voisine ainsi que le développement de places et de chemins sont pertinents, selon Maier. Le concept de mobilité est également convaincant : grâce à une très bonne desserte par les transports publics, il n’a fallu prévoir que peu de places de stationnement pour les voitures.

Le bâtiment lui-même se compose d’un noyau central en béton abritant les accès et, autour, d’une construction en bois contenant les bureaux. Cette partie du nouveau bâtiment a été conçue de manière à ce que les dimensions des pièces puissent être adaptées de manière flexible à l’évolution des besoins. L’atrium central abrite les espaces semi-publics tels que les salles de réunion ainsi qu’une cafétéria. L’approvisionnement énergétique du bâtiment est également durable : le chauffage est assuré par la chaleur résiduelle d’un centre de calcul situé à proximité et la climatisation est assurée par de l’eau de source. Le photovoltaïque et le solaire thermique sur le toit complètent l’offre d’énergie renouvelable. « Il était important que nous ayons pensé aux exigences du SNBS Bâtiment dès le début », a résumé Johannes Maier.

Interview avec le vice-président de l’OFEN
Pour clore la manifestation, l’animateur Reto Lipp a réalisé une courte interview avec Daniel Büchel, vice-directeur de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) et responsable du programme SuisseEnergie. En ce qui concerne l’importance des labels pour les bâtiments, Büchel a déclaré qu’ils étaient très précieux, notamment pour les donneurs d’ordre et les investisseurs. Si le Conseil fédéral fixe par exemple des directives pour la durabilité des bâtiments fédéraux, il sait après une certification de label que ses exigences ont été remplies. L’OFEN soutient donc la famille du label Suisse, y compris financièrement.

Selon Büchel, la durabilité et la sécurité de l’approvisionnement sont actuellement des thèmes centraux à l’OFEN. Pour accélérer le passage aux énergies renouvelables, il faudrait plus de personnel qualifié – par exemple pour l’installation de pompes à chaleur et de systèmes photovoltaïques. « Plus d’argent n’aide que dans une certaine mesure, car les structures doivent également être développées », a expliqué le vice-directeur de l’OFEN. Un programme est en cours depuis deux ans déjà pour remédier à la pénurie de personnel qualifié. « Mais il faudra encore attendre un peu avant de pouvoir récolter les fruits de ce travail ».

Présentations

Présentation Andreas Meyer Primavesi, directeur de Minergie / GEAK

Présentation Christian Lasser, partenaire GWJ Architektur

Présentation de Johannes Maier, chef de projet et membre de la direction élargie de Berrel Kräutler Architekten

Données du projet

Date

03.05.2022

Partenaires

Datenschutz | Impressum

Protection des données | Mentions légales